Pauvre de nous


Dimanche 27 mai 2007


Vous avez voté pour Nicolas Sarkozy et vous attendez la suppression des droits de succession. C’est une mesure dont la popularité est à la hauteur de l’ignorance des Français sur le sujet.
En effet, combien d’électeurs connaissent les règles en matière de droits de succession? Pas grand monde en réalité et pourtant la mesure a séduit.
Cet impôt ne frappe qu’une faible part des successions : 90 % des transmissions entre époux et 80 % de celles en ligne directe ne sont pas imposées, selon un récent rapport de l’Assemblée Nationale.
Cette mesure ne touche pas les classes moyennes dont les successions tournent autour de 56000 euros environ. Elle ne concerne en réalité d’une poignée de contribuables.
De plus de récentes réformes ont relevé le niveau à partir duquel les successions sont soumises à l’impôt (abattement supplémentaire de 50 000 accordé en 2004 par un certain Nicolas Sarkozy).
Sans parler de l’assurance vie qui permet de donner 152 500 euros par bénéficiaire avant 70 ans et des abattements sur les donations qui autorisent chaque parent à transmettre 50 000 euros à chaque enfant, et 30 000 euros à chaque petit-enfant, tous les six ans.
L’opinion publique est de manière écrasante favorable à une suppression d’impôt qui ne concerne qu’une faible partie des familles, parmi les plus aisées.
Les diatribes anti Sarko n’y changent hélas rien, tenez, il récolte ce jour 65% d’opinions favorables chez Ipsos.
J’attends avec impatience la première craquelure avant l’électrochoc.

1 commentaire:

Chondre a dit…

Sans compter sur les gentils pédégouines qui sont obligés de souscrire une assurance qui coute la peau du cul entre eux sous peine de se voir mettre à la porte de chez eux. La ligne directe, ce n’est pas encore pour nous.