Aussi beau que Ginch gonch


Mardi 13 mars 2007


C’est bien connu, le gay disposerait d’un pouvoir d’achat supérieur à son cousin hétérosexuel.
Ainsi, une partie de son magot semble destinée aux slips, boxers et autres petites culottes.
En effet, après s’être rasé, épilé, enduit de crèmes aux agents tensio-actifs, notre homo économicus cherche à combler un eventuel manque de personnalité en se ruant sur le dernier shorty bariolé à la mode.
Et là, son salut vient du Canada, qui lui offre une panoplie de petits bouts de tissus hors de prix qu’il va pouvoir se mettre sur le cul pour ne pas aller couiner aux Bains Douches en haillons.
Car notre gay a sa réputation à tenir et il est hors de question qu'il brade son intimité vestimentaire sur l’autel de la hausse de la précarité sociale.
Alors, quand viendra le temps de l’incontinence et de l’oubli de soi, il sera toujours temps de troquer sa collection de caleçons branchée contre une paire de couches culottes.

1 commentaire:

Julien a dit…

Quel cynisme! très drôle en tout cas.